Le principe de la poéticité, tel qu’il est décrit ici, s’applique donc à la poésie en prose autant qu’à la poésie en vers. La seule différence réside dans l’accélération, produite dans le cadre de cette dernière, du processus qui restructure et réforme les éléments textuels. C’est dans ce sens que, parmi les différentes caractéristiques du discours poétique, c’est une qualité empruntée à l’art plastique — l’image — et non pas un trait langagier — qui joue un rôle dans l’engendrement de la poéticité. Dans la mesure où la majorité des poèmes s’identifie par l’image, l’accélération est un phénomène important dans une discussion sur la poéticité. Néanmoins, sa production ne dépend pas de l’image, mais plutôt des connaissances acquises antérieurement sur le discours poétique.

Ce n'est pas assez dire : le poète ne domestique pas seulement l'univers extérieur, il l'intériorise par la vertu des images pour leur conférer la puissance de figurer la vie affective et spirituelle. L'image remplit une fonction relationnelle qui, selon Paul Eluard, se ramène à deux types distincts, à deux démarches parallèles : « l'image par analogie » et « l'image par identification ». (...)

Plus d'articles...

¡Bienvenido! Inscríbete por email a nuestro servicio de suscripción de correo electrónico gratuito para recibir notificaciones de noticias, novedades y eventos.